Après la pandémie, repenser l’éthique et l’esthétique du voyage, comme expérience humaine fondamentale

Di: Lucia Gangale
8 Luglio 2021

 

Introduction

La question qui circule souvent dans notre esprit et dans les discours avec les autres, en cette période, est la suivante : « Quand tout cela finira-t-il » ? Parce que comme toutes les tragédies humaines, les guerres, les catastrophes, les maladies, le Covid-19 finira aussi, et avec lui tout le fardeau des morts, de la souffrance, de la destruction économique d’appareils étatiques entiers, de la peur même de vivre. Dans ce temps suspendu où nous vivons est réconfortant de lire des mots comme ceux de la critique de cinéma Stephane Zacharek, que dans un article sur le Time nous rappelle que la Renaissance est née juste au moment où la Peste Noire avait décimé une grande partie de la population européenne1. La vie renaissait après la peur d’une fin redoutée du monde, les arts et le commerce prospéraient, les villes fleurissaient. Le triomphe de la vie sur la mort rendait possible la joie et un changement de perspective sur les événements humains et sur le sens même d’être au monde. La célébration de la dignitas de l’homme a constitué le nouveau paradigme pour la célébration du “ sacré ”. L’Humanisme en Italie voyait à l’œuvre une concentration de cerveaux et de talents comme aucune autre époque de l’histoire. Le nouveau désir d’exploration du monde conduisait à la connaissance d’autres peuples et civilisations et à la découverte de l’Amérique.
La phase du tourisme moderne telle que nous la connaissons aujourd’hui avait commencé, déterminée par des facteurs de diverses natures, tels que l’accroissement de la richesse, l’urbanisation, la construction d’infrastructures, la réduction du temps de travail et la possibilité de profiter du temps libre en se livrant à des activités récréatives et de socialisation. Une phrase de Gérard Blitz, l’entrepreneur belge qui a inventé le Club Méditerranée, eut une formidable résonance dans le contexte de l’après-guerre : « The time to be happy is now », c’est-à-dire « Le bonheur est maintenant ».
Même après la Seconde Guerre mondiale, des millions de personnes ont commencé à voyager beaucoup. Les estimations parlent de 25 millions de voyageurs entre l’Europe et l’Amérique seulement2.
En ce moment historique, on a très souvent établi un parallèle avec la guerre, essentiellement parce que la pandémie de Covid-19 est l’événement le plus traumatisant pour les nouvelles générations de l’Occidente.
Certainement, ce moment historique si déchirant nous oblige à nous regarder différemment, à nous-mêmes, à notre manière d’être au monde, à nos valeurs et à nos relations. Non pas parce que l’on peut se leurrer de trouver un monde amélioré ( au contraire, les statistiques nous disent que les cas de racisme et les violences domestiques ont augmenté ), mais parce que l’immobilité forcée, la réclusion et la distance nous suggèrent de réévaluer notre relation avec les autres et ce que nous voulons vraiment de la vie. Dans ce scénario de peur et de restrictions, il est également possible de considérer le voyage comme l’une des expériences les plus positives pour notre bien-être. Une recherche menée par Thomas Gilovich, professeur de psychologie à la Cornell University3, a montré que l’attente d’expériences tend à être plus positive que l’attente de biens de consommation. L’étude a analysé une série de questionnaires impliquant une variété d’achats planifiés réels. Il a ensuite utilisé la technique de l’échantillonnage de l’expérience à grande échelle et l’analyse des archives de nouvelles de personnes faisant la queue pour faire un achat. La conclusion est que les consommateurs tirent leur valeur de l’anticipation, et que cette valeur tend à être plus élevée pour les achats expérientiels que pour les achats matériels.
Dans ce scénario, il est évident que les styles de voyage doivent également être repensés, en les plaçant dans une optique de durabilité et de beauté, et non pas de simple consommation comme cela arrive depuis trop longtemps. Et cela parce que les divers désastres qui ont jalonné 2020 nous rappellent et nous confirment combien nous avons trahi la nature, et que la nature reprend toujours ce qui lui est soustrait, en engageant une lutte dont l’homme se fait l’illusion de sortir vainqueur.

 

Citoyens du monde

Il y a aussi une autre perspective à partir de laquelle regarder l’expérience du voyage et c’est ce qu’offre la philosophe américaine Martha Nussbaum, qui relie cette expérience à l’accroissement de la démocratie. Dans Cultivating Humanity4, elle déclare que même si voyager pour devenir citoyen du monde a le prix à payer pour la solitude, les enseignants ont le devoir de montrer aux élèves à quel point une vie ouverte sur le monde, guidée par une raison critique, est belle et intéressante, peu disposé à accepter des préjugés superficiels. L’enjeu est l’avenir de la démocratie. Il est également important de cultiver les arts et de développer l’imagination narrative, utile au “ citoyen du monde ” pour vaincre les tendances de fermeture nationale et pour nier l’humanité commune partagée. Les poètes partagent l’approche de la philosophe américaine et nous le démontrons ici par deux exemples. Le premier est celui du poète italien, Gio Evan ( au siècle Giovanni Giancaspro ), figure polyédrique d’artiste et voyageur qui a visité la moitié du monde, faisant du voyage un thème porteur de ses poésies5.
Dans l’un de ses poèmes, Evan dit :

et alors voyagez
pour montrer à la vie de quelle liberté vous êtes capables,
que sous les pieds il y a les seules usines au monde
capables de vivre dans toutes les conditions météorologiques
exploitez la force des jambes,
nous ne sommes pas des racines nous
nous sommes des pollens capables de danse
appelés à imprimer les hivers des autres.

En plus d’être une expérience esthétique dans le sens le plus profond de la parole, le voyage est une expérience d’accroissement de la pensée et de développement d’un sens critique pratique. Une expérience dont l’essence véritable ne réside pas tant dans la destination atteinte, mais dans le chemin parcouru, comme écrit efficacement Kostantinos Petrou Kafavis (Cafavy) dans la poésie Ithaque6:

Toujours avoir à l’esprit Ithaque –
l’atteindre est la pensée constante.
Surtout, ne pas précipiter le voyage ;
fait que cela dure longtemps,
pendant des années, et que comme vieux
mettes le pied sur l’île, tu, riche
des trésors accumulés dans la rue
sans attendre les richesses d’Ithaque.
Ithaque t’a donné le bon voyage,
sans elle, tu n’aurais jamais porté
en voyage: qu’attends-tu d’autre ?

Et si tu la trouves pauvre, ce n’est pas pour ça qu’Ithaque t’a laissé tomber.
Rendu sage maintenant, avec toute votre expérience sur le dos
vous aurez déjà compris ce que veut dire Ithaque.

Historiquement, avant que se développe le mythe romantique du voyage comme une expérience qui change la vie et transforme la pensée du voyageur, l’expérience du voyage était jugée avant tout par ses fruits : qu’il s’agisse d’un pèlerinage, d’une initiative commerciale, d’une exploration ou d’un voyage d’artiste.
La prévalence ultérieure de motivations plus boulimiques et même irresponsables (comme on l’a vu pendant les mois d’été du tragique 2020, après trois mois de confinement forcé à domicile en raison du taux élevé d’infections par le Coronavirus), nécessite un changement de route. Voyager de manière responsable et éco-durable devient l’un des impératifs catégoriques de notre époque. Notre bien-être psycho-physique et l’enrichissement que nous pouvons tirer de ce genre d’expérience doivent être reconsidérés.
C’est précisément dans cette optique de croissance et de connaissance que se sont déplacés les grands intellectuels du passé. Grands conteurs de voyages et d’atmosphères, avec des implications anthropologiques, historico-philosophiques et même sociologiques, sont deux écrivains du patrimoine de la culture française que j’examine brièvement ci-dessous : Montesquieu et Madame de Stäel.

 

Le style du voyage: Montesquieu et Madame de Stäel

L’espace Instagram et d’autres réseaux sociaux où vous pouvez poster des photos et des rapports de voyage est ouvert démocratiquement à tous, donc beau, intéressant, agréable. Mais, comme nous le savons, le réseau Internet contient tout et phagocyte tout et devient une compétition laisser des traces de lui-même dans cet univers où le nombre de followers et l’indice de popularité ont une valeur économique et de marché. De grands voyageurs du monde ont toujours existé, mais seuls quelques-uns ont laissé des traces derrière eux et ne se déplaçaient certainement pas dans l’espace ouvert des réseaux sociaux.
Charles-Louis de Secondat, baron de Montesquieu, a déversé la richesse de ses expériences de voyage à travers l’Europe dans L’esprit de lois, son œuvre la plus remarquable depuis les Lettres Persanes, destinée à lui donner une gloire impérissable7.
Dans cette œuvre, l’écrivain français effectue une comparaison entre les différents systèmes de gouvernement qu’il a rencontrés et étudié dans les pays visités, ainsi que des us, coutumes, habitudes de vie. Il plonge dans la culture des lieux, les scrute avec curiosité, rencontre les personnes les plus diverses. Il perçoit l’importance du dialogue entre les différentes cultures. Le voyage est une expérience joyeuse et fortifiante. Une expérience de découverte. Fort de ses innombrables lectures et armé de carnet sur lequel il épingle les choses les plus remarquables qu’il rencontre, accumulant une masse énorme de données qu’il analyse ensuite avec méthode sociologique (qui ne sera pas très apprécié par les philosophes des Lumières) et dont il ne veut pas tirer des règles générales comme l’a fait Machiavelli, un auteur très étudié par lui, mais faire de la “physique de l’histoire”, c’est-à-dire rechercher les causes humaines des événements historiques8.
Madame de Stäel, « la femme la plus extraordinaire jamais vue », comme elle l’appellerait Stendhal, est l’autre cas paradigmatique dont nous nous occupons pour analyser l’expérience du voyage, puisque pour une quinzaine d’années ce fut le chiffre de l’expérience d’Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, mariée au baron de Staël-Holstein, mais avec une vie sentimentale intense. Elle eut de nombreux amants (célèbre pour sa relation de longue date avec le philosophe Benjamin Constant) et seul un de ses cinq fils peut être attribué avec certitude à son époux légitime. Dans un bel article sur Repubblica, Benedetta Craveri écrit :

Bannie du pays qu’elle a toujours considéré comme sa seule patrie incontournable, Madame de Stael est simplement, pendant quinze longues années, citoyenne d’Europe. Ses séjours répétés en Allemagne lui permettront d’écrire avec De l’Allemagne un livre capable de révéler aux Allemands leur identité nationale, aux Français leur angoisse culturelle, et d’agir comme texte sacré du Romantisme naissant. Partout où elle va, en Italie comme en Russie, comme en Angleterre, Madame de Stael est accueillie avec les honneurs qu’elle se réserve à une souveraine. Pendant les périodes où elle réside à Coppet, ce sont les autres qui vont la visiter, comme on va à Schaffhouse pour admirer les chutes du Rhin. Ne pouvant plus tenir de salon à Paris, l’exil a donné naissance dans sa maison sur le lac Léman à un cénacle intellectuel qui vante, entre autres, les noms de Schlegel, Bonstetten, Sismondi, Constant. Même ceux qui ne l’aiment pas doivent prendre acte de son courage, de sa force morale : les persécutions de Napoléon ont fini par seconder son ambition de gloire, lui ont remis le sceptre de l’Opinion, en ont fait le symbole de la liberté. L’Empereur lui-même, arrivé à la fin de son règne, est obligé de reconnaître l’erreur commise : «J’ai eu tort, dira son frère Luciano, Madame de Stael m’a créé plus d’ennemis en exil, qu’elle ne m’en aurait procuré en France. Le bilan est amer pour nous deux, mais l’honneur est l’apanage de la baronne des baronnes»9.

En lisant les œuvres, on peut remarquer que la perspective du voyage chez Madame de Stäel est triple: le voyage des amoureux, le voyage comme découverte et documentation, le voyage forcé et solitaire. Bannie de France par Napoléon, Madame de Stäel transformera son malheur en opportunité. Elle décrira l’Europe et la fera connaître aux Français. Elle parlera de l’Italie et de l’Allemagne dans deux livres que Napoléon condamnera et sur lesquels il mettra la police10. Elle décrit sa fuite rocambolesque à travers l’Europe (1812) pour échapper à l’envahisseur Napoléon. Et le souvenir de sa bien-aimée Paris devient poignant. Paris, lieu par excellence de la conversation noble et cultivée dans laquelle l’écrivain excellait, ville aimée par les plaisirs vifs et satisfaisante pour son désir d’être heureux. L’avoir quittée crée en elle une désorientation. Exilée en terres étrangères, elle prouve la sensation singulier d’errer dans une ville où vous ne connaissez personne et où personne ne vous connaît. Mais elle y trouve aussi “ un plaisir étrange ” 11.
Et le souvenir de la France bien-aimée la touche12.
Le déracinement et l’étrangeté que Stäel expérimente dans ses pérégrinations, trouvent leur sublimation dans un style d’écriture mémorable. Comme Ulysse, l’écrivaine expérimente la privation en tant qu’être humain, en tant que personne réduite à errer sur la terre, contrainte de laisser des liens, des amitiés, des habitudes.
 

Scénarios de voyage après le Covid-19

Le grand paradoxe de 2020 est que la pandémie a créé un blocus au niveau mondial. Le secteur des voyages en a beaucoup souffert. L’immobilité forcée pour éviter la circulation du virus nous a projetés dans une dimension bien différente de celle décrite par les voyageurs du passé. Peut-être pas moins étrange que celui que ressentait la Stäel en dehors de sa patrie. Après cet événement, il faudra repenser le voyage en termes logistiques, psychologiques, sociaux et même philosophiques, précisément parce que l’humanité émerge d’une longue période de peur qui a conduit non seulement à des restrictions aux libertés personnelles, mais aussi à renoncer à vouloir entreprendre des voyages.
Le premier point que nous pouvons considérer ici est que la restriction à la circulation des personnes et la volonté d’exploiter les ressources terrestres ont permis à la planète Terre de respirer. En 2020, beaucoup plus d’animaux sont nés que les années précédentes. La nature, moins écrasée par le poids des activités humaines, a fleuri13.
Le 2020 a également été l’année où les Italiens ont lu le plus. Dans notre Pays, on a imprimé moins de livres, mais les lecteurs ont été plus nombreux. Avec l’inactivité forcée et la fermeture des cinémas, théâtres, gymnases et discothèques (ainsi que de l’école, qui pourtant ont travaillé tous les jours à distance), l’imagination des gens a trouvé le moyen de s’exprimer à travers les pages d’un livre. Pour confirmer qu’imaginer, rêver, s’émouvoir, raisonner, sont des facultés vitales et complexes de l’être humain, pas de simples annexes de son existence14.
Une réflexion s’est également imposée en ce qui concerne la qualité de l’habitation, le soin que nous devons aux dimensions de logement, sociales, urbaines dans lesquelles nous vivons. Les débats et les publications sur la gestion éthique des ressources territoriales, l’innovation, la régénération urbaine et le logement sont de plus en plus répandus. Parmi les travaux les plus connus dans ce secteur, je signale les livres du sociologue et essayiste Rodolphe Christin, un chercheur attentif des phénomènes concernant l’industrie touristique, notamment dans l’impact négatif que comporte l’anthropisation des territoires. Christin a écrit plusieurs livres, tels que : L’imaginaire du voyageur ou l’expérience exotique (2000), Manuel de l’antiturisme (2008), Le tourisme : émancipation et contrôle social (2011), Tourisme de masse et usure du monde (2019), jusqu’à, récemment, Le vrai chemin est ici : voyager encore? (2020). C’est dans ce dernier ouvrage que l’auteur se demande si une nouvelle façon de voyager sera possible après la pandémie. Christin dénonce depuis des années la dévastation liée à l’industrie du tourisme et dans ce dernier fatigue il demande au lecteur de (re)trouver le goût du voyage, celui du long terme, de la sobriété et de l’émerveillement, ailleurs, mais aussi près de chez lui. Le tourisme doit redevenir une expérience particulière du corps et de l’esprit que les infrastructures touristiques sont en train de miner et qui devrait de toute façon être sauvé.
Déjà dans Tourisme de masse et usure du monde Christin avait affirmé que le tourisme est “mondofago”, c’est-à-dire qu’il tue ce qui le fait vivre, il détruit le monde qu’il dit aimer.
Une côte intacte commence à être urbanisée sauvagement et se dégrade. Le tourisme l’expulse et cherche un autre endroit. Le tourisme est donc une pratique qui, si elle n’est pas contrôlée, tend à couper la branche sur laquelle il est assis.
Dans le Manuel de l’antiturisme, il affirme que le tourisme de masse transforme “la vie quotidienne des habitants en cirque” (Christin apporte les exemples de Paris, Barcelone et Lisbonne).
La standardisation du monde opérée par l’industrie touristique détruit les précieuses diversités et présente des produits aptes à satisfaire le spectateur consommateur.
Les prix de l’immobilier explosent et la vie de la ville subit une dégradation telle que le résident local se sent comme un intrus. Le chemin de cette “ irrationalité touristique ” commence au XVIIIe siècle, quand de la pratique élitiste réservée à l’aristocratie le tourisme arrive aux mains de la bourgeoisie, qui s’en empare, et commence à faire rêver toute la population.
Quel est donc le type de tourisme qui peut être proposé? Dans une interview accordée à Le Monde, Christin affirme sans ambages : « Le tourisme acceptable est le tourisme invisible qui ne fonctionne pas commercialement: une personne va dans un lieu qui n’intéresse pas beaucoup de personnes »

 

Conclusion

La crainte liée à la contagion et la difficulté même de planifier des voyages ont eu de lourdes conséquences sur le secteur et les incitations liées aux bonus de vacances n’ont pas été suffisantes pour une pleine reprise du secteur15.
Maintenant qu’avec la distribution des premiers vaccins, le contrôle de la pandémie semble commencer, il est nécessaire de penser à des stratégies pour soutenir le secteur du tourisme et pour retrouver l’envie de voyager, sortir du blocus forcé qui touche le monde entier depuis environ un an et envisager l’avenir avec une confiance renouvelée.
Le monde vit depuis un an une situation suspendue. On se rencontre sur des plateformes virtuelles, on porte des masques et on maintient une distanciation social. Le temps libre est maintenant cultivé en privé dans ses propres maisons, en se concédant des distractions comme la lecture ou la vision de films sur les plates-formes Internet. La pandémie nous a privés de la sérénité pour faire des projets à long terme, mais elle ne nous a pas privés de notre envie d’imaginer et de rêver. Au contraire, le temps qui nous a été imparti nous a même permis de faire la lumière sur nous-mêmes, sur nos désirs et nos projets et sur ce qui compte vraiment pour nous.
Une étude menée par des chercheurs de l’Université de New York, de l’Université de Columbia et de l’Université de Miami et publiée en mai dernier dans la revue Nature Neuroscience, a montré que les gens se sentent plus heureux quand ils rompent leur routine quotidienne, quand ils vont dans de nouveaux endroits et ont une gamme plus large d’expériences ( La recherche est disponible ici : www.eurekalert.org/pub_releases/2020-05/Nyu-nad051520.php). Et c’est parce qu’il y a une forte association entre le bonheur, l’excitation, la motivation et le sentiment de découverte lié au voyage16. La meilleure façon de sortir des plateformes virtuelles qui ont envahi nos vies et nos espaces et de retrouver la socialité perdue dans ce temps suspendu et indéfini. Certainement l’une des plus belles façons de vivre des émotions positives, de construire des souvenirs agréables et beaux et de se donner le bon temps et le bon soin. La meilleure façon de cultiver et de célébrer la beauté du monde.

 

NOTES

  1. https://time.com/5917394/2020-in-review (consulté le 6.4.2021).
  2. Source : https://ourworldindata.org/tourism#:~:text=The%20United%20Nations%20World%20Tourism,is%20a%2056%2Dfold%20increase(consulté le 6.4.2021).
  3. La recherche peut être téléchargé à partir d’ici : https://maeda.pm/wp-content/uploads/2020/07/10.1.1.865.3824.pdf (consulté le 6.4.2021).
  4. Martha Nussbaum, Coltivare l’umanità, Carocci, Roma 2006
  5. Une entrevue avec lui est ici : https://busillisblog.blogspot.com/2015/09/gio-evan-ovvero-di-un-poeta-viaggiatore.html (consulté le 6.4.2021). Les poèmes de Gio Evan se trouvent sur sa page facebook.
  6. CAFAVIS COSTANTINE PETROU [Kafavis Konstantinos Petrou], The complete poems of Cafavy. Translated by Rae Dalven, with an introduction by Wystan Hugh Auden, Hogart Press Ltd, London 1961, pag. 36-37. Notre traduction.
  7. Cf : Cotta Sergio, Montesquieu e la scienza della società, Ramella, Torino 1953; Perra Livio, L’importanza del viaggio, Politica.eu, Torino, année 3, n. 1, juin 2017, pp. 79-80
  8. L’expression “physique de l’histoire” vient de Paolo Raffaello, La storia come scienza sociale, Luigi Pierro, Naples 1898, pag. 4
  9. https://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/1991/07/11/quel-demonio-di-madame-de-stael.html. (consulté le 6.4.2021). Notre traduction
  10. Pour une description de l’Allemagne de Mme de Stäel, cf : Les Carnets de voyage de Mmede Staël, publiés par Simone Balayé, Droz, 1971, p. 53. Corinne ou l’Italie est ensuite le célèbre ouvrage dans lequel elle décrit l’Italie. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, elle a été inclus à la Bibliothèque nationale comme guide touristique.
  11. Dix années d’exil, édition critique par Simone Balayéet Mariella Vianello Bonifacio, Fayard, 1996, II, 1, p. 368.
  12. « J’avais passé la borne qui sépare la Suisse de la France : je marchais pour la première fois de ma vie sur une terre étrangère. O France ! ma patrie, la sienne, séjour délicieux que je ne devais jamais quitter ! France ! dont le seul nom émeut si profondément tous ceux qui, dès leur enfance, ont respiré ton air si doux, et contemplé ton ciel serein ! je te perds avec lui, tu es déjà plus loin que mon horizon, et comme l’infortunée Marie Stuart, il ne me reste plus qu’à invoquer les nuages que le vent chasse vers la France, pour leur demander de porter à ce que j’aime et mes regrets et mes adieux ». ( Delphine, V, fragment V, 7 décembre 1791 ).« La conversation française n’existe qu’à Paris, et la conversation a été, depuis mon enfance, mon plus grand Plaisir ». (Ibid., I, 10, p. 349).
  1. Repubblica a parlé de 2020 comme “ l’année de la biodiversité ”. Cf : repubblica.it/dossier/ambiente/biodiversita (consulté le 6.4.2021).
  2. Cf : https://www.glistatigenerali.com/letteratura/2020-meno-libri-e-piu-lettori-la-pandemia-ha-insegnato-qualcosa-agli-editori/ (consulté le 6.4.2021).
  3. L’Agence nationale italienne du tourisme a estimé, en effet, 57 millions de touristes de moins qu’en 2019, soit plus de 71 milliards d’euros pour l’achat de biens et de services. Cf : ilpost.it/2020/11/23/a-fine-2020-litalia-avra-avuto-la-meta-dei-turisti-del-2019/ (consulté le 6.4.2021). En outre, la même Agence souligne que le tourisme italien contribue plus à l’économie que la France et l’Espagne: www.enit.it/wwwenit/it/pressroomonline/comunicati-stampa/3249-enit-2020-turismo-mibact-2020-pil-stranieri-italia-viaggiatori-ritorno.html (consulté le 6.4.2021). Le président de l’Enit a déclaré que “ pour le tourisme en Italie a été la pire année jamais “ : www.agi.it/economia/news/2020-12-26/intervista-presidente-enit-turismo-anno-peggiore-10806865/ (consulté le 6.4.2021).
  4. Le rôle de l’imagination est d’une importance fondamentale en ce moment historique. Comme l’a également révélé une enquête menée sur deux mille Américains par The Harrs Poll pour le compte de la CIT Bank. Les résultats sont ici : http://cit.mediaroom.com/2020-12-15-COVID-19-Hasnt-Canceled-New-Years-Resolutions-According-to-CIT-Bank-Survey) (consulté le 6.4.2021).

 

BIBLIOGRAPHIE

 CAFAVIS COSTANTINE PETROU [Kafavis Konstantinos Petrou], The complete poems of Cafavy. Translated by Rae Dalven, with an introduction by Wystan Hugh Auden, Hogart Press Ltd, London 1961

COTTA SERGIO, Montesquieu et la science de la société, Ramella, Turin 1953 ; PERRA LIVIO, L’Importance du voyage, Politica.eu, Turin, année 3, n. 1, juin 2017

Delphine, dans “Œuvres complètes de Mme de Staël-Holstein”, Firmin Didot et Treuttel-Wurtz, 1838, tome I, VI, suite de la lettre XII (dernier dénouement)

GANGALE LUCIA, Fare turismo, Edizioni Il Chiostro, Benevento 2013

GANGALE LUCIA, La globalizzazione attraverso la storia dei viaggi e del tempo libero, Edimedia, Benevento 2012

GILOVICH THOMAS, Waiting for Merlot : Anticipatory Consumption of Experiential and Material Purchases, en Psychological Science 2014, Vol. 25(10), https://maeda.pm/wp-content/uploads/2020/07/10.1.1.865.3824.pdf

JELARDI ANDREA, La storia del viaggio e del turismo in Italia, Ugo Mursia éditeur, Milano 2013

Les Carnets de voyage de Mme de Staël, publiés par Simone Balayé

Lettres de Mme de Staël à Benjamin Constant, 60, citée par Simone BALAYÉ dans Madame de Staël, Lumières et liberté, Klincksieck, 1979

MENZIO PINO, Il viaggio dei filosofi. La metafora del viaggio nella letteratura filosofica moderna, Éditions Slatkine, Genève 1994

MONTESQUIEU, De l’Esprit de loi, Pierre Didot, Paris 1803 [1734]

PDF dell’articolo

Categoria: Temi | RSS 2.0 Commenti e pingback sono attualmente chiusi.

Nessun commento

I commenti sono chiusi.

Accedi | Gestione | Alberto G. Biuso e Giusy Randazzo © 2010-2021 - Periodico - Reg. Trib. Milano n. 378 del 23/06/2010 - ISSN 2038-4386 -

Free hit counters